fbpx

Avant-Propos

Salut à toi, Autrice, Auteur, Lectrice, Lecteur ou Curieux, moi c’est Big Brother ! Après un temps d’absence, me revoici pour ton plus grand plaisir.

Aujourd’hui, pour te prouver que tous nos Brigadiers sont super bons, c’est la bêta-lecture de Kistune Fujiro, une jeune recrue, qui t’es proposée. Pour rappel :

On recrute, alors n’hésite pas à t’inscrire ou à partager. Sur ce, c’est parti !



pencil - critique - correction -scenario-beta-lecture

1 • Un bon Concept, mais…

> Résumé de l’auteur :

C’est l’histoire d’une adolescente du nom de Lisanna qui rencontre pas mal de problèmes au collège (dure période de la vie !), mais aussi avec sa famille… les choses se compliquent lorsqu’elle se fait enlevée et emmenée dans un tout autre monde par ce qui semble être… une fée ! Sa plus grande passion dans la vie lui veut maintenant du mal et ne s’avère pas aussi gentille et mignonne qu’elle ne le pensait… elle va apprendre bien des choses sur son passé et va se lancer dans toute une quête avec l’aide d’un dragon, Aliud, pour libérer le monde de Rendaémys de la tyrannie roi des fées de la Dévastation !

Le Résumé donne envie de lire l’histoire pour toute personne appréciant le genre. Effectivement, on y retrouve les éléments de base de l’heroic fantasy : personnage principale pas heureuse dans son quotidien, bascule dans un autre monde, voyage initiatique avec des compagnons de route ( le dragon dans ce cas). Pour un amateur du genre ces simples énonciations permettent d’accrocher de suite à l’histoire. Cependant, pour tous les autres je trouve que le résumé est trop banale. C’est le résumé typique de ce type d’histoire, on ne voit pas la chose qui fait que cet univers est différent des autres et pourtant l’élément est bien présent.

Le choix d’utiliser un résumé qui décrit les événements de l’intrigue étant fait, autant le jouer à fond et développer le thème phare : Les fées. L’accroche du lecteur à la lecture du résumé gagnerait beaucoup si ce point était mis plus à l’avant et plus approfondi. de mon point vue, nous n’avons que deux possibilité pour améliorer ce résumé en gardant le même fond : développer le thème de la fée ou développer le personnage principal.

> Le Titre

En soi, le choix du titre  “ Prendre son Envol” se comprend par rapport aux révélations sur Lisanna. cela symbolise l’effet de son évolution dans l’histoire ( le but d’un voyage initiatique) et du fait qu’elle découvre ses ailes et apprend à voler.

Ce choix reste néanmoins discutable car associé à un évènement qui est décrit dans l’œuvre en à peine quelques phrases et qui  n’est pas amené comme un événement révolutionnaire. Un lecteur choisit dans la majorité des cas un livre pour sa couverture, son résumé et son titre. En réalité, je pars même du principe qu’un titre lu seul (sans voir la couverture du livre) doit donner une indication quant au genre du roman. “Prendre son Envol” pourrait aussi bien aller à un ouvrage de romance ou de littérature blanche, voir de développement personnel. ce qui me gène dans ce titre c’est qu’on ne ressent pas le côté SFFF du genre. Pourquoi ne pas cherchait un titre en rapport avec les fées? On ressent bien que ce soit le thème que tu a voulu développé et qui tient très à cœur à ton héroïne.

> Le Scénario

En ce qui concerne le scénario, nous retrouvons les étapes de base : situation initiale, élément déclencheur, découverte nouveau monde. Le squelette scénaristique est respecté.

  • Situation initiale

    : Lisanna est une jeune fille qui vit dans son monde très introvertie du peut être au fait de son mal-être à l’école et dans sa propre famille. Je trouve d’ailleurs que le harcèlement scolaire et la maltraitance n’est pas assez développé. Pour le collège on parle vaguement de bousculade et d’une boulette de papier. Pour la famille, il n’y a qu’une seule scène qui tombe d’un seul coup sans être un minimum amené. Du fait de l’annonce de ces problèmes qui ne sont pas anodins dans le résumé, je m’attendais à un développement plus important. L’histoire gagnerait en profondeur si ces deux aspects seraient plus développés.

  • Élément déclencheur

: ou aussi élément perturbateur qui se révèle être la jeune fée aux mèches violettes. Son arrivée est cohérente en vue de l’explication donnée à sa présence. En revanche deux choses me chiffonnent. Lisanna qui est décrite comme une personne passive ce mets d’un coup à se jeter sur l’inconnue. Pourquoi? Elle n’a pourtant pas le caractère de se jeter sans raison sur n’importe qui. Au final elle se fait enlever par la fée. Là aussi la coïncidence est trop voyante, la fée capture son agresseur et comme par hasard c’était la cible qu’elle surveillait depuis un moment. Sur ce point je trouve le scénario un peu léger.

  • Découverte du nouveau monde :

Pour moi c’est le plus grand point à travailler. C’est sur ce point tant attendu qu’il faut envoyer du lourd et faire rêver le lecteur. C’est la découverte d’un nouveau monde, de nouvelles espèces avec leurs mœurs et coutumes. Malheureusement, je trouve que c’est la partie la moins développés pour le coup. Pourtant c’est le moment de te lâcher que ce soit en terme d’explications et de descriptions. C’est sûre le développement de ton univers fantasy qu’il faut que tu travailles.

Voilà pour les grandes lignes. Maintenant, passons à des points particuliers de scénario plus précis.

  • Développement oui, mais pas n’importe quoi.

Comme précédemment dit, il y a des thèmes à développer. Ce qui est étrange c’est qu’autant il manque de la profondeur dans certains domaines, autant il y a développement trop important sur des éléments qui n’ont pas de réel intérêt pour le lecteur. Attention, je dis bien pour le lecteur car je pense que c’est plus à l’auteur que cela tient à cœur. Il va falloir faire des choix et penser à l’intérêt du lecteur et pas le sien.

exemple 1: “Que faites-vous un dimanche soir à 21h30 ? La plupart me diront qu’ils traînent sur les réseaux sociaux, jouent à des jeux-vidéos, lisent, font leurs devoirs, dessinent, écrivent des énormes romans dans l’espoir d’être un jour publiés et de faire carrière… Dans tous les cas, on a tous ce genre d’activités. Mais Lisanna, elle, ne fait pas n’importe quoi…”

=> Je suis d’accord sur le début “la plupart” sous entend la grande majorité et les activités énumérées par la suite sont correctes, à part le “écrivent des énormes romans dans l’espoir d’être un jour publiés et de faire carrière”. Cela est faux, c’est peut être l’envie de l’auteur mais en réalité il est très rare que les jeunes se passionnent pour l’écriture. Cela dénote d’autant plus que l’énumération est déjà assez voir trop longue.

Autre aparté, il est dit “ Lisanna, elle, ne fait pas n’importe quoi” donc cela sous entends que tous les autres font n’importe quoi ?

exemple 2: “Cependant, elle devait avant cela accrocher le dessin qu’elle venait de terminer. La jeune fille se mit à la recherche du rouleau de scotch. Plongeant sa main dans sa trousse, l’adolescente sentit soudain une vive douleur à l’un de ses doigts, le sortant de suite.

« Stupide compas ! » Pesta-t-elle. Elle continua sa recherche dans la petite trousse pendant quelques secondes, prenant garde de ne pas se piquer à nouveau, avant de se souvenir bêtement qu’elle avait rangé le scotch dans le tiroir de son bureau. Elle s’en empara rapidement, en tira 4 petits morceaux qu’elle colla à chaque coins de la feuille et, après avoir cherché une place pour le bout de papier pendant quelques secondes, l’accrocha sur le mur déjà plein à craquer. “

=> Avait-on besoin de tout ce paragraphe de description sur la recherche du scotch ? Le fait d’accrocher son dessin au mur et la recherche du matériel a-t-il besoin d’un tel développement? Cela fait-il avancer l’intrigue?

exemple 3 : “Comme la plupart de ses autres dessins, celui-ci lui avait pris 3 heures à la réalisation et 3 heures au coloriage, l’adolescente soignait le moindre détail, que ce soit les cheveux, la robe, les ailes, ou même les yeux ! Ces derniers lui avaient pris au moins 30 minutes chacun ! Et ils n’étaient d’ailleurs pas complètement fuchsia ; ils avaient également des teintes de 3 autres roses différents, le fuchsia étant seulement la couleur dominante”

=> L’exemple est encore plus flagrant, le lecteur n’a pas besoin de savoir combien de minute l’héroïne passe sur son dessin, combien de temps pour les cheveux, les yeux…

  • Incohérence éléments.

Il y a envie de bien faire. Montrer la situation dramatique de la scène : flaque de sang suite au passage au tabac de Lisanna (il est dit qu’elle n’a que des bleus , qu’elle n’a que du sang dans la bouche donc impossible d’avoir une “flaque” pour cela il aurait fallu avoir une plaie ouverte). Des descriptions très minutieuses et trop longue qui perd le lecteur : la description des emplacements des chambres ( je n’ai pas compris au final où se situait chaque porte), plusieurs fois on annonce qu’il n’y a pas de fenêtre pour finalement dire qu’il y en a quand même une ou deux. Il y a confusion entre les couleurs d’ailes qui passent du rose au bleu au file de l’histoire.

  • Changement d’idée brutale.

J’ai pu en rencontrer plusieurs qui m’ont dérouté durant la lecture. Une idée est développé et d’un coup on passe à une autre puis on revient sans transition ni logique. je ne citerai qu’un seul exemple qui est parlant :

exemple 1: “Elle dessine des fées. Et elle ne fait pas que dessiner ! Elle coud aussi des vêtements de fée pour la poupée fée qu’elle a reçu de son père avant que celui-ci ne meurt. Mais en général, elle croit dur comme fer à leur existence.”

=> On parle de sa passion pour le dessin et la couture et d’un coup comme un cheveux sur la soupe on parle du cadeau du père à sa mort. Et on revient avec “Mais en général, elle croit dur comme fer à leur existence” le Mais est employé comme une suite à une annonce mais là il n’y en a pas . “ en général” = pas tout le temps , “ dur comme fer” = aucun doute et je ne vois pas le rapport avec les phrases du deçu.

  • Fait quasi impossible dans la réalité.

Généralement c’est le professeur principal qui discute des notes globales avec l’élève. Pour un problème de note ce n’est pas le proviseur qui appelle les parents, on ne le dérange pas pour si peu c’est le professeur principal ou bien le CPE. Pour finir en aucun cas un professeur raccompagne chez lui un élève, on appelle ses parents. surtout de nos jours ! Après un sujet que je ne maitrise pas, je pense qu’une veuve avec 5 enfants si jeunes est suivit par des assistantes sociale et la maltraitance est rapidement détectée.

La réaction de la jeune fille est plus qu’inquiétante. Elle se fait enlever et n’a aucune réaction, pas de panique, ses ravisseurs sont amicales, elle se balade chez eux… Elle met plus d’une semaine à s’intéresser à ce qui se passe au delà de sa chambre. Elle ne pense pas à sa famille et sa plus grande interrogation est pourquoi sa sœur à les yeux violets. Sans parler que des ailes lui poussent dans le dos et qu’elle s’en intéresse qu’au bout d’une semaine.

  • Confusion de couleur.

Autre fait il y a la présence de beaucoup de couleur dans ce récit avec quelques confusions. Plus rouge qu’écarlate => les deux sont une référence à la même teinte. Couleur de l’Iris => laquelle? il y a plusieurs couleurs d’iris : violet, jaune….





island - correction - critique - lecture - univers-beta-lecture

2 • Un Univers à fort potentiel à développer

Comme expliqué dans la partie scénario, l’univers des fées gagnent à être développé. C’est simple pour le moment niveau descriptif on en sait plus sur le mobilier et l’agencement de la maison de Lisanna que sur le monde des fées.

N’y a-t-il qu’une différence de couleur d’aile entre les fées de la Paix et celle de la Dévastation. Ce n’est pas leur magie qui diffère ? Si oui en quoi est-elle différente. Qu’elle est la mentalité des fées de la Dévastation par rapport à celles de la Paix ou bien par rapport aux Humains. Est-ce uniquement tout blanc ou tout noir, il n’y a pas des nuances, est-ce un simple gentil vs méchant ?

Certains idéaux que défendent les fées de la Dévastation ne seraient pas justes? Que fait une fée de ses journées ?

Il y a plein de point à voir , à approfondir et qui intéresserait fortement le lecteur. On a besoin d’être en pleine immersion dans ce nouveau monde féérique.





personnage - critique - lecture - analyse - correction-beta-lecture

3 • Des Personnages peut-être mal maitrisés

  • Lisanna :

L’héroïne de cette histoire. Je la trouve très introvertie, chose qui me plaisait au début (étant moi même introvertie), je pouvais me reconnaître en elle. On ressent qu’elle a tout de même un caractère fort qui lui permet d’endurer son quotidien. C’est pourquoi au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire certains points mon fait vaciller sur mes convictions. Plus l’aventure avance plus son caractère et sa personnalité s’efface pour devenir antipathique, pas d’émotion, pas l’envie de découvrir les choses. On se fait enlevé on est paniqué, on cherche à savoir comment rentrer chez soi ou voir ce qu’il y a autour de nous. Cependant le regain d’intérêt se ravive en fin d’extrait lors de la rencontre des dragons. Conseil : Apporter plus d’émotion et de réactions / La jeune fille a un prénom quasi jamais utilisé pour se limiter à la couleur de ses cheveux “la rouquine”.

  • Mère de Lisanna :

On nous présente cette femme deux fois et à chacun des évènements on à l’impression de rencontrer une personne différente. Tantôt dépeinte comme “une jeune femme” assez niaise ce qui est un peu bizarre pour une mère de famille de 5 enfants (enfin 4 sans Lisanna). De ce fait sachant que l’aîné à 17 ans et que la mère aurait eu son premier enfant à 18 ans ( ce qui est jeune), elle aurait dans les 36 – 40 ans. Je ne suis pas sûre que l’on puisse encore dire jeune femme. On la voit dans un second temps sous l’emprise de l’alcool battant sa fille. Le personnage est très intéressant. En soi je pense que c’est le personnage qui offre le plus de possibilité dans toute cette histoire.

  • Mademoiselle Light :

Elle n’apparaît que brièvement et je suis encore indécise quant à sa personnalité. Je la trouve un peu niaise et son rôle est un peu téléphoné. Mais vu que nous sommes au début de l’intrigue ce n’est pas plus mal et même une bonne idée. Il y a un contraste avec la professeur un peu bohème et la puissante reine qu’elle incarne. J’ai hâte de voir son personnage prendre de l’ampleur dans la suite du récit.

  • Yalurmia :

C’est mon personnage préféré. Blasé malgré son jeune âge, passionnée par les livres. Mon seul regret (et j’espère me tromper) et que son destin me semble tout tracé. La jeune fée méchante du début qui possède un cœur tendre sous sa carapace. Elle va se prendre d’affection pour sa sœur et se rebeller contre son père pour rejoindre les fées de la Paix. Ce que j’espère pour ce personnage : plus de noirceur plus de contraste bon/mauvais. Des réactions moins prévisibles et plus nuancés. Attention cela est “pénible” de l’appeler “ la bizarre” pendant un bon moment au début. Il faudrait trouver une autre alternative.

  • Aliud :

Je n’ai curieusement pas d’avis sur ce dragon. Je ne l’ai côtoyé que trop peu de temps pour m’en faire une idée. Cependant, j’adore les dragons et rien que pour cela je sens qu’il va me plaire.





fond - analyse - critique - correction-beta-lecture

4 • Des Thèmes qui parleront à tous, mais à développer

Entre les thèmes abordés et ceux à développer, je retiens principalement 3 axes :

  • Le Harcèlement scolaire et la maltraitance :

ce sont des sujets très en vogue à notre époque ( je parle du fait que l’on développe la problématique de plus en plus dans le monde littéraire). L’auteur a une bonne base car les scènes traitant de l’un ou l’autre sont assez criant de vérité. Étant des sujets qui me tiennent à coeur, je pense qu’il faudrait approfondir la chose. Pas seulement en décrivant des scènes, mais aussi en y apportant plus d’émotions. Le ressenti de l’héroïne, pour que le lecteur vibre au rythme de ses émotions et souffre en même temps qu’elle.

  • La différence interraciale :

J’entends par là un point déjà abordé, la différence entre les fées de la Paix et de la dévastation. Leur nom est déjà quelque chose de très connoté. On insiste dans le texte et dans le résumé sur le fait que les fées ne sont pas comme les contes terriens le relatent, mais à aucun moment on nous explique les différences clairement. Le lecteur, moi, j’ai envi de connaitre ce peuple.

  • Le racisme :

On le sens très présent entre fées (Paix vs Dévastation) et entre fée et dragon. Je pense que c’est une bonne base à développer car le sujet et pour le moment très survolé. Ne serait-ce sur le fait que les dragons vouent une haine envers les fées qui les massacrent et pourtant en quelques secondes les deux dragons rencontrés par Lisanna font copain-copain. Le fait de faire un duo composé d’espèces différentes montre un contraste justement contre ce racisme

forme - analyse - critique - correction-beta-lecture

5 • Une Forme appréciable et recherchée

Globalement le style est simple, ce récit est adressé au très jeune adolescent (début collègue), c’est la tranche d’âge qui s’identifiera le plus à Lisanna et sa façon de se comporter. Dans la forme quelques modification/améliorations pourrait permettre de fluidifier la lecture de son écrit :

  • Les incises :

Il y a plusieurs façon de mettre en forme les dialogue mais ce qui ne change pas c’est qu’une incise (“dit-elle”), qu’elle soit séparée par une virgule, un point d’exclamation ou d’interrogation, ne commence jamais par une majuscule. Il faut tout le temps une minuscule.

  • Les chiffres et les nombres :

Leur apparition coupe la lecture et est assez disgracieuse dans un texte c’est pour cela qu’on limite leur utilisation ( il y a des exceptions comme pour indiquer l’heure ou une date). Dans le récit il y en a partout et pas forcément pour délivrer des informations capitales pour l’avancement de l’intrigue. Conseil : essayer dans supprimer le plus possible.

  • Justification de texte :

Un texte est toujours justifié, cela rend l’écriture plus agréable à lire et cela est plus reposant pour l’œil.

  • Tiret / Semi-cadratin / Cadratin :

Si il y a des règles pour la forme des dialogues, il y en a aussi pour les tirets. Le tiret dit du “6” “-”est uniquement utilisé comme trait d’union pour les mots composé et lorsqu’un mot et coupé en deux pour se retrouver sur la ligne suivante. Il est aussi utilisé pour représenter la soustraction en mathématique. Le Semi-cadratin “–” (Alt+0150) et le Cadratin “—” (Alt+0151) sont les tirets à utiliser pour les dialogue. En réalité c’est le Cadratin le plus recommandé en littérature.

  • Mise en Forme Dialogue :

Très peu de gens choisissent d’utiliser la forme de dialogue avec des guillemets. Il faut savoir quand les ouvrir et les fermer, connaître les variantes des incises (courte = on ne ferme pas / longue = on ferme). Ce point loin est très bien maîtrisé par l’auteur.

  • Adverbe :

Le gros point noir est l’utilisation constante de l’adverbe dans les phrases alors qu’il serait plus juste d’utiliser la forme conjuguée. Le texte gagnerait en légèreté.

  • Equilibre Dialogue/Description :

Faire bien attention, il y aune grande tendance à faire uniquement des blocs de dialogue et des blocs de narration. Il faudrait homogénéiser le texte en aérant les longues narrations et former des paragraphes et à ne pas hésiter entrecoupé de la narration entre les dialogue.

  • Ponctuation :

Attention à la ponctuation qui n’est pas tout à fait maîtriser ce qui apporte des phrases très longues et des actions mal rythmées.

  • Narration :

Ce qui m’a dérouté et l’emploi de la narration en “nous” dans les premières lignes pour disparaître. Les passages du début sont à retravailler sans ce point de vue où le narrateur est l’auteur et pose des questions directement au lecteur. Dans ce cas cela n’apporte rien, surtout qu’il n’est utilisé que quelques lignes.



En conclusion

En résumé, le récit a beaucoup de potentiel il ne tient qu’à l’auteur d’en dévoiler toute la richesse de l’univers. Quelques maladresses peuvent être rapidement corrigées pour rendre le texte plus travaillé. Ce récit à de bonnes bases pour une fois poli, donner un bon récit d’heroic fantasy.

Kistune Fujiro



Sache que ce que fait Kistune Fujiro dans cette critique n’a rien d’exceptionnel :

On recrute, alors n’hésite pas à t’inscrire ou à partager. Que la Plume soit avec Toi !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *